Petit rappel : A chaque consommation d’énergie par un utilisateur, pour un usage déterminé, correspondent trois chiffres de consommation, toutes exprimées en kWh/m²/an.

La consommation d’énergie « utile » (Eu) qui est la part d’énergie servant effectivement à l’usage voulu par le consommateur (chaleur, lumière, force motrice) – la consommation d’énergie « finale » (Ef) qui est la quantité d’énergie mesurée au compteur du consommateur (compteur électrique, gaz, pompe à essence, i.e : celle qu’on paye – la consommation d’énergie « primaire » (Ep) qui est la quantité d’énergie qu’il a fallu prendre dans la nature, transformer sous la forme utilisable par le consommateur et la transporter jusqu’à lui.

La différence entre la consommation d’énergie « primaire » et la consommation d’énergie « utile » correspond aux pertes d’énergie :

  • dans la transformation de l’énergie primaire sous forme d’énergie finale,
  • dans le transport de l’énergie finale jusqu’au lieu de consommation,
  • dans la transformation de l’énergie finale en chaleur ou en électricité (rendement de l’appareil de production, réseau de distribution…)
  • dans l’appareil utilisé par le consommateur,
  • dans l’appareil utilisé par le consommateur.

Un logement neuf consomme aujourd’hui entre 150 et 230 KWHep/m²/an selon les zones climatiques et le type de chauffage (combustibles fossiles ou chauffage électrique).

LA NORME BBC (bâtiment basse consommation)

Le label BBC fixe comme objectif une consommation maximale de 50 KWhep /m²/an calculé selon la méthode de la RT 2005 (réglementation thermique) incluant chauffage, rafraîchissement, ventilation, eau chaude sanitaire et auxiliaires de chauffage et d’éclairage, pour les constructions résidentielles neuves. En fonction des zones climatiques (H1 H2 et H3) et l’altitude du site cette valeur limite de consommation est pondérée par un coefficient.

Pour les constructions neuves en tertiaire, la Consommation conventionnelle d’énergie primaire doit être inférieure ou égale à 50% de la consommation conventionnelle de référence définie dans la RT2005.

(* RT 2010 en continuité de la RT 2005 et sans présumer des résultats, sera encore plus draconienne en termes de performance énergétique du bâtiment et de réduction de gaz à effet de serre. Pour mettre en place les dispositions du Grenelle de l’Environnement, la réglementation RT 2012, nouvelle réglementation thermique, renforce la prise en compte des énergies renouvelables et des équipements à haute performance énergétique.).

Pour tout projet, une vérification in situ est obligatoire, elle est réalisée par un organisme agrée par une mesure de perméabilité à l’air du bâtiment.

La norme BBC s’adresse aux constructions neuves (ou extensions de constructions) des bâtiments résidentiels et non résidentiels :
  • bâtiment à haute performance énergétique (BHPE) : 96 KWh/m2/an
  • bâtiment à très haute performance énergétique (BTHPE) : 80 KWh/m2/an
  • bâtiment basse consommation (BBC) : 50 KWh/m2/an
  • bâtiment à énergie passive (BEPAS) : moins de 15 KWh/m2/an
  • bâtiment à énergie positive (BEPOS) : qui produit de l’énergie
Avantages liés à la norme RT 2005 et/ou label BBC :
  • droit aux déductions des intérêts d’emprunts
  • les bénéfices liés aux lois Borloo et de Robien recentré
  • les avantages liés aux prêts à taux zéro (PTZ)
Comment les promoteurs répondent-ils aux exigences de la norme « BBC » ?
Ils doivent agir sur le « PCA.E » :
  1. Penser « Ecologique » à la conception du bâtiment, incluant l’orientation par rapport au soleil, l’isolation thermique, les matériaux de construction… on parle d’éco-construction.
  2. Choisir « Ecologique » en matière d’équipements de la maison ou de la résidence meublée, à savoir des appareils de chauffage performants et la production d’eau chaude. Dans le cas des résidences de service meublées, ils privilégient de l’électroménager de type Classe A+
  3. Agir « Ecologique » en adoptant des gestes économes, comme l’utilisation d’ampoule basse consommation, le régulateur de température, etc.