Un conseiller en immobilier neuf sur Montpellier et ses alentours vous rappelle gratuitement. Contactez l'équipe Magellan au 0 810 401 421. Acheter neuf au prix promoteur

Le N°1 de la vente d'immobilier neuf sur Montpellier

Recherche immobiliere

Articles

Rubrique : Les normes

Règlementation thermique RT 2012

Article immobilier créé le 07/03/2013 10:38:00



réduire la taille du texte augmenter la taille du texte

Règlementation thermique (RT)

Norme règlementation thermique

La RT 2012 est applicable à tous les permis de construire :

  • déposés à compter du 28 octobre 2011 pour certains bâtiments neufs du secteur tertiaire (bureaux, bâtiments d'enseignement primaire et secondaire, établissements d'accueil de la petite enfance) et les bâtiments à usage d'habitation construits en zone ANRU
  • déposés à partir du 1er janvier 2013 pour tous les autres bâtiments neufs.

Constat dépenses d’énergies

De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France (42,5 % de l’énergie finale totale) et génère 23 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). La facture annuelle de chauffage représente 900 € en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 € pour une maison « basse consommation » à plus de 1 800 € pour une maison mal isolée).

Elle pèse lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages, particulièrement sur les plus modestes d’entre eux. Ces dépenses tendent à augmenter avec la hausse du prix des énergies. Aussi, afin de réduire durablement les dépenses énergétiques, le Grenelle Environnement prévoit la mise en œuvre d’un programme de réduction des consommations énergétiques des bâtiments (articles 3 à 6 de la loi « Grenelle 1 » du 3 août 2009).

Mise en place des règlementations

Depuis la mise en place d’une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle Environnement prévoit de la diviser à nouveau par 3 grâce à une nouvelle réglementation thermique, dite RT 2012.

Pour atteindre cet objectif, le plafond de 50kWhep/ (m².an), valeur moyenne du label « bâtiments basse consommation » (BBC), est devenu la référence dans la construction neuve. Ce saut permet de prendre le chemin des bâtiments à énergie positive (BPOS) d’ici 2020.


Représentation graphique de l'évolution des exigences réglemntaires
de consommation énergétique des bâtiments neufs :
une rupture opérée par le Grenelle de l'environnement.
 Graphique de l'évolution réglementaire de consommation énergétique des bâtiments neufs (RT)

La réglementation thermique 2012, tout comme la RT 2005, exprime des exigences en énergie primaire, à ne pas confondre avec l’énergie finale.

L’énergie finale (kWhEF) est la quantité d’énergie disponible pour l’utilisateur final. L’énergie primaire (kWhEP) est la consommation nécessaire à la production de cette énergie finale.

Par convention, du fait des pertes liées à la production, la transformation, le transport et le stockage :

  • 1 kWhEF ? 2,58 kWhEP pour l’électricité
  • 1 kWhEF ? 1 kWhEP pour les autres énergies (gaz, réseaux de chaleur, bois, etc.)
  • (EF = énergie final, EP = énergie primaire)

La RT 2012 : un engagement fort du Grenelle de l’environnement


Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/ (m².an) en moyenne, tout en suscitant :
  • Une évolution technologique et industrielle significative pour toutes les filières du bâtiment et des équipements,
  • un très bon niveau de qualité énergétique, indépendamment du choix de système énergétique,
  • un équilibre technique et économique entre les énergies utilisées pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire.

Trois exigences de résultats pour respecter la RT 2012


La réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d'objectifs et comporte :
  • 3 exigences de résultats : besoin bioclimatique, consommation d'énergie primaire, confort en été.
  • Quelques exigences de moyens, limitées au strict nécessaire, pour refléter la volonté de mettre systématiquement une pratique en marche (ex .affichage des consommations)
  • Les exigences de résultats imposées par la RT2012 sont de trois types :

1-L’efficacité énergétique du bâti

L'exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient «Bbiomax» (l’indice « Bbio » permet de caractériser l’impact de la conception bioclimatique sur la performance énergétique du bâti. Une exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti est introduite : le « Bbio » du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur maximale « Bbiomax »). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage), imposant ainsi son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.

2-La consommation énergétique du bâtiment

L'exigence de consommation conventionnelle maximale d'énergie primaire se traduit par le coefficient « Cepmax » (l’indice « Cep », propre au bâtiment, caractérise sa consommation d’énergie primaire. La RT 2012 pose une exigence de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire du bâti : l’indice « Cep » du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur maximale «Cepmax »), portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d'éclairage, de production d'eau chaude sanitaire et d'auxiliaires (pompes et ventilateurs). Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la valeur du Cepmax s'élève à 50 kWh/ (m².an) d'énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l'altitude, le type d'usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour le bois énergie et les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2.

Afin d'économiser de l'énergie, l'utilisation de liège expansé comme isolant écologique est une meilleure solution, non seulement vis-à-vis de ses qualités techniques, mais aussi pour préserver l'environnement.

Cette exigence impose, en plus de l'optimisation du bâti exprimée par le Bbio, le recours à des équipements énergétiques performants, à haut rendement.

3-Le confort d'été dans les bâtiments non climatisés

La RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d'assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement. Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d'une séquence de 5 jours très chauds d'été n'excède pas un certain seuil.


Quelques exemples :

  • Prise en compte de l’orientation, des apports solaires, de l’éclairage naturel, de l’inertie et de la compacité.
  • Isolation thermique renforcée et meilleure étanchéité à l’air pour une meilleure maîtrise des consommations énergétiques.
  • Production d’eau chaude sanitaire par sous-station collective reliée au réseau urbain.
  • Chauffage assuré par des radiateurs, alimentés en eau par une production collective raccordée au réseau de chaleur urbain
  • Confort d’été optimisé par la mise en place d’occultations et choix de vitrages performants, permettant d’obtenir un contrôle solaire.



Article : Règlementation thermique RT 2012 par : © Magellan
Mon profile Google+


Dans la rubrique Les normes retrouvez les autres articles :


Vous avez trouvé cet article intéressant ? Vous pouvez partager-ici :


7Officiel Magazine de la Gazette de Montpellier


© Copyright 2001 - 2017. Tous droits réservés MAGELLAN Conseil Immobilier Montpellier - 12 Boulevard Victor Hugo - 34000 Montpellier (Hérault 34 - Languedoc Roussillon)